Archives de catégorie : Méthode

Un nouveau manuel de grec

Jessica Bourseaux, Le grec ancien. Méthode d’apprentissage pas à pas, éditions Ellipses, Paris, 2024, 168 p., 18 € (éditions numérique 14,99 €). Pour en savoir plus, avec sommaire et extrait de 9 p., voir https://www.editions-ellipses.fr/accueil/15192-le-grec-ancien-methode-d-apprentissage-pas-a-pas-9782340085657.html.

Le hasard des calendriers ou l’esprit du temps continue de nous offrir de nouveaux manuels consacrés à l’apprentissage des langues anciennes. Celui que propose par Jessica Bourseaux est tout à fait dans l’esprit des récents ouvrages édités par la Vie des Classiques aux Belles Lettres et vise le même public d’amateurs « éclairés », autodidactes, désireux de s’initier de façon autonome au grec ancien, sans tranches d’âges définies. Il combine en quelque sorte le Γράφω. J’écris en grec ancien de Guillaume Diana et Dorian Flores avec le Grec ancien express de Caroline Fourgeaud-Laville, quoique la partie grammaire aborde beaucoup moins de points différents mais propose beaucoup plus d’exercices avec leurs corrigés[1]. L’ensemble suit une démarche très progressive, ouvertement « inductive », dont l’ambition est de mener l’étudiant de l’écriture et de la lecture à la compréhension de phrases courtes et simples.

À peu près un tiers du manuel (environ 40 p. sur 120, hors corrigés) est consacré à l’alphabet grec. Après une très courte introduction rappelant les origines et l’histoire de cet alphabet, et présentant cette notion si importante qu’est le ductus (l’ordre et la direction des tracés d’une lettre), l’étudiant est plongé directement dans l’apprentissage des lettres. Chaque page est consacrée à une lettre différente, avec sa prononciation et la consigne de la copier dix fois en majuscule et en minuscule. Un petit encadré, très bienvenu, met en garde sur les particularités graphiques de chaque lettre, les pièges à éviter. Le ductus est indiqué par des flèches, et deux lignes d’écriture, sans interligne, permettent de recopier le modèle directement dans le manuel. Enfin, chaque page se termine par un petit paragraphe culturel, tissant des liens avec le français (orthographe, lexique, sémantique) ou plus rarement avec la mythologie. Toutes les trois à cinq lettres, on trouve un exercice de lecture et d’écriture de syllabes ou de mots récapitulant les lettres déjà vues.

La prononciation est figurée dans l’alphabet latin, les sons étant translittérés pour correspondre à leur prononciation française : par exemple le σ est rendu par tantôt par s tantôt par ss selon l’environnement phonétique. Elle est dite « érasmienne », mais il s’agit en réalité d’un mélange entre la prononciation scolaire francophone (φ comme f, même si l’exemple donné est phobie ; ο ouvert, ω fermé ; diphtongues ευ et αυ prononcés comme des monophtongues) et la prononciation internationale (θ comme l’anglais think ; flottement pour le χ, prononcé comme dans l’allemand Achtung p. 36, ou comme dans l’allemand Ich p. 45). L’autrice ouvre toutefois la porte à une certaine diversité de prononciation, comme le ῥ dont elle rappelle qu’il était roulé, ou l’opposition ο/ω qui était avant tout de durée (p. 45).

Les ductus donnés en exemple sont souvent, et heureusement, assez simples, même s’ils pourraient parfois l’être davantage, par exemple avec les majuscules Θ, Ι, Ξ. Alors que J. Bourseaux rappelle à juste titre que l’on n’écrit pas à la main comme on tape à l’ordinateur, ces trois lettres-là sont présentées avec leur ductus typographique hérité de certaines formes épigraphiques, c’est-à-dire avec des apex ornementaux qui ne sont pas particulièrement discriminants. De même pour les ν et υ minuscules, dont l’opposition repose avant tout sur le fait que la première est pointue et la seconde arrondie – ce qui est bien indiqué p. 25 et 33 –, rendant inutile d’insister sur l’ajout d’une petite boucle au ν ou de deux petites boucles de part et d’autre de l’υ, toutes ornementales. On peut certes avoir envie d’employer un tracé calligraphique, mais c’est le genre de détails auquel s’attache souvent un débutant en leur donnant une importance exagérée au détriment des traits fondamentaux.

Comme dans le Γράφω, mais dans une moindre mesure, on peut regretter le fait que le ductus ne tende pas vers la cursive, l’autrice précisant même que lier les lettres n’est pas l’usage – ce en quoi elle a raison, mais cet usage n’est pas un dogme et pourrait changer. Beaucoup de mes remarques sur la cohérence entre les tracés des majuscules et celles des minuscules, faites pour le Γράφω, sont valables. Penser la cursivité de l’écriture permettrait de clarifier la forme de certaines lettres, par exemple celles du ζ, qui certes « ressemble à un C muni d’une boucle » (p.16), ou du ξ, qui est « comme un 3 à l’envers » (p. 26), mais qui sont surtout la même séquence des tracés que pour leurs majuscules respectives, notées de façon cursives avec, pour le ξ, des ligatures internes entre chaque trait. De même pour le σ médian dont l’appendice ne peut définitivement pas être tracé de gauche à droite et en premier (p. 31), puisqu’il s’agit d’un trait qui ligaturait avec la lettre qui suit – reste de l’élément supérieur du sigma lunaire.

Suivent un tableau récapitulatif (p. 40) et quelques pages d’exercices, dont un premier test, où il s’agit soit de remplir des tableaux à trous, en ajoutant, de mémoire, le nom d’une lettre, sa majuscule ou sa minuscule, soit de lire de petits textes d’Ésope et d’Hérodote, dont l’autrice donne une traduction (en fin de volume pour Hérodote dans le test no 1) et une version translittérée « à la française ».

Les chapitres 2 et 3 reviennent sur des particularités de l’écriture. Le chapitre 2, notamment, présente, outre de nouveaux exercices de copie, la variété des écritures antiques avec quelques très beaux exemples, sous forme de dessins en noir et blanc, dont il est dommage que les dates n’aient pas été précisées. Je les donne ici avec leur référence précise et, pour le plaisir des yeux, un lien vers une photo couleur : le papyrus de Bacchylide est du iie s. apr. J.-C. (P.Lond. Lit. 46, visible ici pour les fragments florentins en attendant que le site de la British Library soit à nouveau opérationnel) ; celui d’Homère du Ier ou IIe s. apr. J.-C. (Berlin, inv. P. 6845, visible ici), l’ostracon athénien (c’est-à-dire un tesson de poterie employé ici pour ostracisé Périclès, visible ici) du milieu du Ve s. av. J.-C., le manuscrit des scholies d’Aristophane, conservé au Musée royal de Bruxelles, de 1498 (c’est en fait une édition aldine imprimée, mais dont les caractères imitent les manuscrits contemporains), et l’inscription de la bibliothèque fondée par Ti. Flavius Pantainos également du Ier ou IIe s. apr. J.-C. (visible ici).

Le chapitre 3 est consacré aux diacritiques, esprits et accents, leur rôle, leur place et leur prononciation, sans trop entrer dans les détails, ce qui est certainement une bonne chose. En revanche, contrairement à ce qui est indiqué dès la p. 19, je crois qu’il vaut mieux se préoccuper des accents dès le début de l’apprentissage du vocabulaire, y compris quand il s’agit simplement de recopier des mots, tant il est difficile de les apprendre par la suite.

Les chapitres 4 à 9 sont consacrés à l’acquisition des bases grammaticales, à commencer par la conjugaison des verbes thématiques de type παιδεύω (chap. 4) puis ce gros morceau que sont les déclinaisons (chap. 5 à 9). L’ensemble est assez progressif, notamment la présentation des déclinaisons qui se fait en plusieurs temps : l’explication du principe des cas et des désinences casuelles, par opposition au principe de la place des mots du système français (chap. 5), la présentation des cinq cas du grec ancien (chap. 6), la 2e déclinaison masculine (chap. 7), neutre (chap. 8) et la 1re déclinaison (chap. 9). Chaque chapitre commence par une phase d’observation des phénomènes grammaticaux à partir de mots et de phrases en grec construit. Suivent des explications et des exercices, souvent de traduction mais aussi de transformation, reposant également sur des phrases en grec construit. Le tout procède d’une méthode tout à fait classique d’enseignement. On n’y trouvera rien des méthodes dites « actives » qui se développent en ce moment, ni rien de particulièrement ludique. Mais cela ne devrait pas troubler le public cible qui sera sûrement plus sensible à la faisabilité des exercices.

Signalons simplement quelques points notables :

  • les exercices d’analyse et de traduction invitent à noter les cas au-dessus des mots grecs, et les fonctions en-dessous, mais la disposition des lignes à remplir n’est pas vraiment adaptée ;
  • le datif est présenté comme pouvant exprimer tous les types de compléments circonstanciels (p. 80), ce qui est assez réducteur dans la mesure où l’accusatif et le génitif, même seuls, sont aussi amenés à en exprimer certains ; il est vrai que les exemples choisis dans les phrases à traduire ne proposent que des CC au datif ;
  • l’autrice attire l’attention sur les articles p. 87 dans le chapitre consacré à la déclinaison, mais ils apparaissent dès la p. 80 dans celui consacré aux cinq cas ; mais bis repetita placent!
  • la démarche inductive a peut-être des limites : dans le chapitre 8 consacré au neutre, quand il s’agit de reconnaître les désinences propres à la 2e déclinaison neutre alors même que les mots ne sont pas encore connus, il peut être difficile d’identifier τῷ σταδίῳ ou τῶν δένδρων comme des neutres[2];
  • même si la présentation du principe de la déclinaison se fait en deux ou trois étapes, tous les cas sont étudiés en même temps, si bien qu’il faut sans doute déjà un bon bagage grammatical en français pour passer ce cap important avec sérénité ; comme le verbe εἰμι n’est pas encore donné, l’étude du nominatif attribut du sujet est repoussé au chapitre 10 et n’est abordé que très succinctement.

Enfin, un dernier chapitre clôt l’ensemble. Bien qu’il s’appelle « Le texte », il est consacré à la conjugaison du verbe εἰμι, aux adjectifs de première classe (déclinaison et règles d’accord), à la ponctuation, et seulement après à l’approche d’un texte qui avait déjà été partiellement proposé à la lecture à la fin du chapitre sur l’alphabet (p. 49) et que l’on nous demande maintenant de traduire en utilisant les connaissances accumulées et la méthode enseignée.

L’ouvrage est ponctué par dix tests qui permettent de faire le point sur ce qui a été appris au fur et à mesure. Il est complété par les corrigés de tous les exercices (p. 133-153), et par un petit appendice lexical (p. 155-162) et grammatical (p. 163-167).

C’est donc un manuel d’initiation au grec, sous forme de cahier d’activités, sans prétention et assez bien tourné. Selon le bagage grammatical de chacun, certains « pas » pourront paraître un peu grands, mais les objectifs raisonnables qui sont fixés donneront à un amateur une idée de la langue sans trop entrer dans ses difficultés, charge à lui de voir s’il veut approfondir en suivant des cours ou en utilisant un autre manuel comme l’Hermaion pour une approche approfondie ou le Grec ancien express pour approche… express. C’est toujours bienvenu. On espère qu’il trouvera son public : bien adapté au niveau des collégiens, le prix (et une présentation aérée mais un peu austère ?) dissuadera probablement les collègues de le faire acheter aux élèves ; quant au contenu, il est sans doute trop limité pour qu’il serve de support à des étudiants même non spécialistes. Mais les autodidactes y trouveront leur compte.

Merci à Julie Wojciechowski pour ses conseils et à l’autrice pour la mise à disposition d’un exemplaire.

[1] Ce manque a été pallié par des exercices complémentaires mis en ligne sur la Vie des Classiques, accessibles en étant membre du Club (gratuit).

[2] La règle τὰ ζῷα τρέχει est mentionnée à cette occasion, p. 99.

De quelques nouveaux manuels proposés par Les Belles Lettres

À l’heure où l’enseignement du grec ancien n’a jamais été aussi faible en France, les éditions Les Belles lettres ont publié, à date rapprochée, pas moins de trois ouvrages dédiés à l’acquisition de cette langue : Grec ancien express, de Caroline Fourgeaud-Laville (août 2023), Γράφω. J’écris en grec ancien, de Guillaume Diana et Dorian Flores (octobre 2023), et Le b.-a. ba du grec ancien. Lire et prononcer en neuf étapes, de Julie Wojciechowski (novembre 2023, en ligne exclusivement, et gratuit). Ces trois manuels d’initiation à la langue sont complémentaires, puisque le premier est une sorte de grammaire progressive s’appuyant sur quelques phrases en grec ancien construit, le second guide le néophyte dans la graphie des lettres de l’alphabet grec et le troisième l’entraîne à lire en grec ancien, c’est-à-dire à en déchiffrer les lettres. Si l’on peut douter que le Grec ancien express fonctionne comme un manuel d’apprentissage réel de la langue sans l’aide d’un enseignant, faute de contenir beaucoup de textes en grec et d’exercices[1], en revanche les deux autres sont des outils pratiques immédiatement utilisables par tout curieux qui souhaiterait s’initier à cette langue de façon autonome. On regrettera simplement que les projets semblent avoir été développés de façon indépendante les uns des autres et que, mis à part la très belle charte graphique commune et des dates de parution proches, il n’y ait pas eu de volonté de proposer un ensemble plus cohérent. C’est particulièrement criant pour ce qui est de la prononciation du grec ancien, qui est présentée de trois façons différentes et avec des étiquettes différentes. À cet égard, c’est le Γράφω qui est le plus discutable, puisque son tableau distingue une prononciation « érasmienne » et une prononciation « grecque ». On pourrait se demander s’il est bien pertinent de proposer à des débutants deux prononciations différentes, mais surtout les étiquettes proposées dans le tableau sont très contestables. Ce que les auteurs appellent, à tort, la prononciation « érasmienne » est en réalité la prononciation en vigueur traditionnellement dans les écoles française – ce que C. Fourgeaud-Laville nomme beaucoup plus justement la « prononciation scolaire », comme l’indiquent d’ailleurs G. Diana et D. Flores dans leur introduction. La « vraie » prononciation érasmienne, celle qu’Érasme conseillait dans son De recta latini graecique sermonis pronuntiatione de 1528, est celle qui est en vigueur dans la plupart des autres pays où le grec ancien s’enseigne, hors la Grèce, et qui est une prononciation que l’on qualifie en général de « restituée », même si toutes les restitutions ne sont pas toujours réalisées de la même façon : les variations touchent notamment la prononciation du ζ (dz ou zd) et des aspirées θ, φ et χ. Quant à la prononciation « grecque », il s’agit de la prononciation du grec moderne.

Il est entendu que la prononciation est un problème qui divise la communauté des hellénistes francophones et qui est probablement insoluble, entre ceux (dont je suis) qui ont appris le grec il y a longtemps avec sa prononciation scolaire traditionnelle française, les tenants d’une prononciation restituée – avec ses écoles particulières selon que l’on restitue le grec du ve ou du ive s. av. J.-C. ou celui de la koinè du iie s. apr. J.-C.[2] – et ceux qui défendent, avec aussi de bons arguments, la prononciation grecque moderne. Sans doute est-ce une bonne chose de laisser le choix aux locuteurs, car la diversité des parlers modernes reflèterait ainsi la diversité des parlers et des accents antiques. Mais quitte à être prescriptif, autant proposer un mode de prononciation qui soit à la fois efficace en termes pédagogiques – donc avec les diphthongues, les aspirations et les accents, même s’ils sont plus toniques que musicaux – et qui fasse entendre qu’il s’agit bien d’une « langue », qui était (qui est toujours) parlée – donc avec ses ρ roulés et ses σ chuintés. En somme, il n’est peut-être plus très utile de présenter la prononciation scolaire traditionnelle française, comme le font le Grec ancien express et le Γράφω.

Là où, en revanche, le Γράφω apporte une véritable innovation, c’est par son objectif d’enseigner à écrire le grec ancien, c’est-à-dire à tracer les lettres de son alphabet. C’était un véritable impensé pédagogique, absent de la plupart des grammaires et de toutes les méthodes d’apprentissage, du moins récentes et en français : aucun mot à ce sujet dans le Lebeau-Métayer (Cours de grec ancien à l’usage des grands commençants, 2016, 8e édition) ni dans l’Hermaion (J.-V. Vernhes, Ἕρμαιον. Initiation au grec ancien, 1999), les deux best-sellers de l’initiation au grec ancien, mais pas non plus dans la méthode Assimil (Jean-Pierre Guglielmi, Le Grec ancien, 2003) ou dans celle de J.-M. Fontanier (Le grec en 15 leçons, 2015, 4e édition) par exemple. Il n’y a guère que Christine Kossaifi, dans 20 minutes de grec ancien par jour (Ellipses, 2017, p. 10), qui y consacre explicitement quelques lignes, mentionnant comme relevant de « l’écriture manuscrite » les deux formes du béta, β et ϐ[3], présentant le thèta cursif, ϑ, à côté du θ imprimé et attirant l’attention sur les lettres descendant sous la ligne (γ, ζ, μ, ξ, φ, χ, ψ) et l’inclinaison du λ. On n’insistera pas, toutefois, sur les critères esthétiques qu’elle avance pour expliquer les variantes graphiques, critères largement infondés mais qui peuvent avoir leur utilité s’ils permettent à l’élève de retenir certains phénomènes.

Sans doute tous ces ouvrages se reposent-ils implicitement sur une présentation de la graphie par les enseignants eux-mêmes. Mais on peut supposer que, même dans le cadre d’un enseignement scolaire ou universitaire, l’enseignant se contente souvent de montrer le tableau aux élèves en leur demandant de recopier les graphèmes imprimés sans trop se préoccuper de la manière dont le néophyte parvient au résultat escompté[4] – c’est ainsi que j’ai appris à noter l’alphabet en classe de Lettres supérieures à la fin des années 90. Parfois, les enseignants, dont je suis, prennent le temps de montrer, au moins une fois, l’ordre et la direction des tracés de chaque lettre (ce qu’on appelle le ductus en paléographie). Mais beaucoup plus rares sont ceux qui prennent le temps de faire travailler les élèves sur des feuilles réglées comme celles que l’on utilise en CP, ce que propose judicieusement le Γράφω[5]. Même dans ce cas, l’enseignant est limité dans le choix de la police à imiter puisqu’il ne dispose que de polices de caractères imprimés et non cursifs. Et c’est, sinon un problème, du moins un point qui mériterait une attention plus poussée.

Car n’est-il pas étrange que, à rebours de l’éducation primaire qui fait apprendre l’écriture cursive avant la scripte des livres imprimés (qui n’est d’ailleurs jamais vraiment enseignée), lorsqu’il s’agit du grec ancien on enseigne exclusivement une écriture scripte à partir de modèles imprimés ? Pourtant l’écriture cursive, comme son nom l’indique, présente le grand avantage de la rapidité d’exécution et permet d’acquérir ainsi une écriture mieux formée et plus homogène. Or il n’existe pas, ou pas vraiment, de police de caractères grecs cursifs. On peut citer par exemple la police Anaktoria, qui s’en rapproche beaucoup sauf pour les theta et les phi, que l’on trouve toutefois sous leur forme cursive dans leur table Unicode ; cette police à l’allure assez sophistiquée imite en réalité celle des imprimés de la Renaissance qui, eux-mêmes, s’inspirent des graphies manuscrites médiévales, mais elle n’est pas tout à fait adaptée à une réglure contemporaine[6]. Citons également la police Pecita qui, elle, tend à imiter la cursive grecque moderne, assez éloignée de ce qu’on a l’habitude de lire lorsque l’on se consacre au grec ancien.

Les auteurs du Γράφω se sont logiquement posé la question du modèle à faire imiter à leurs lecteurs. Plusieurs partis s’offraient à eux : reprendre une police existante, ce qu’ils ont d’abord fait ; tracer eux-mêmes les lettres manuellement ; ou bien créer de toute pièce une police adaptée à leurs besoins. Ils ont choisi la dernière solution et ont fait créer par Bryan Casas une toute nouvelle police, Grapho. Simple et claire, sans les empâtements (sérifs) que les élèves cherchent souvent inutilement à reproduire, elle est adaptée à un tracé manuel. Elle ressemble en fin de compte à du Calibri, mais en plus équilibré. Elle est cependant le résultat d’une pratique empirique, et peut-être un peu anarchique, puisque les modèles manuscrits dont ils se sont inspirés proviennent de mains contemporaines choisies parmi leurs proches qui n’ont pas sûrement pas reçu de formation spécifique unifiée[7].

Dans le manuel, chaque double page permet de s’entraîner à tracer une lettre différente. Le caractère est d’abord présenté en majuscule, puis en minuscule, sur des lignes présentant deux intervalles supérieurs et un intervalle inférieur dans lesquels viennent se loger les lettres. Au début de chaque ligne, le caractère est d’abord imprimé en noir, puis deux ou trois fois en gris de façon à ce que l’utilisateur repasse dessus, charge à lui de compléter librement la ligne – ou les lignes pour les minuscules – en copiant le modèle. Deux modules sont proposés pour chaque casse, un grand et un petit. Sur le grand module, le plus lisible, le caractère est pourvu de flèches numérotées qui indiquent l’ordre et l’orientation des tracés, c’est-à-dire le ductus. Ensuite, le même exercice est proposé, en petit module uniquement, pour une syllabe, par exemple le nom de la lettre, puis deux mots entiers, et enfin le nom propre d’une divinité. La double page comporte en plus un paragraphe explicatif sur l’origine de la lettre et éventuellement son utilisation, par exemple en sciences, une maxime et une illustration de Djohr en lien avec la divinité mentionnée.

L’ensemble est clair, progressif et sûrement assez efficace d’un point de vue pédagogique. On peut la recommander à des élèves et des étudiants. La réglure utilisée n’est pas la Séyès, la plus courante en France, mais celle qui est proposée respecte au moins les proportions de chaque lettre. En somme, la principale critique que l’on peut faire à l’ouvrage serait de ne pas aller assez loin. Elle continue en effet à proposer une graphie essentiellement scripte, peu propice à la cursivité d’une véritable écriture manuelle puisqu’elle ne facilite pas toujours les ligatures, et les ductus prescrits ne sont pas non toujours très cohérents, notamment entre les majuscules et les minuscules. Or, nous disposons, dans les papyrus et les manuscrits médiévaux, d’innombrables exemples d’écritures qui ont mis en œuvre des solutions facilitant la cursivité. En m’appuyant sur la logique de leurs ductus, qui ont fait preuve en général d’une remarquable stabilité au long des siècles, j’aimerais proposer quelques aménagements qui tiennent compte de cette possibilité de ligaturer les lettres sans lever son stylo, sans s’éloigner pour autant des caractères imprimés auxquels nous sommes habitués et pour lesquels nous avons inventé, sans le savoir, un nouveau ductus en réalité assez inapproprié[8]. Bien que les outils aient changé avec le temps et qu’il soit beaucoup aisé d’écrire sur papier ou tablette que sur un feuillet de papyrus, si poli fût-il, je conserverai la logique selon laquelle la main a tendance à aller de haut en bas et de gauche à droite. Dans certains cas, je note les moments où la main peut effectuer un trajet aérien entre deux traits à l’intérieur d’une lettre, charge au scripteur de réaliser le tracé ou non. On verra que les aménagements que je propose, pas toujours satisfaisants d’ailleurs, nous ramènent bien souvent aux solutions des scribes médiévaux ou de l’écriture grecque moderne, mais avec des formes plus proches des caractères imprimés.

L’α est un premier cas peu satisfaisant. Personnellement, j’aime beaucoup le tracer en forme de petit poisson, comme ce que propose le Γράφω. Mais cette solution est typique d’une réinterprétation du ductus à partir du caractère imprimé et elle empêche quasiment toute ligature, ni avec ce qui précède, ni avec ce qui suit. Il faudrait lui donner le tracé d’un a manuscrit. Je n’arrive pas à m’y résoudre. De même pour la majuscule : si l’on voulait être cohérent avec la minuscule, il faudrait tracer d’abord le premier jambage, puis le trait médian et enfin le deuxième jambage ; une solution élégante serait de donner à la lettre l’aspect pointu qu’elle a dans certains papyrus (cf. image ci-dessus). Mais il est tellement plus facile de s’en tenir à A.

Avec le β, on arrive à la première lettre que l’on a pris l’habitude de commencer en remontant depuis le bas. Mais commence-t-on un p ou q par le bas lorsqu’on écrit à la main ? Pour les tracer, la main part en général du haut, descend sous la ligne, puis remonte en repassant sur le premier trait (ou pas dans les écritures très cursives) avant de poursuivre. Ce pourrait être sans difficulté la même chose ici, quitte à ce que la remontée se fasse main levée.

Même principe avec le γ majuscule, qui aurait ainsi exactement le même ductus que le γ minuscule, sans la boucle.

 Les auteurs du Γράφω font curieusement commencer le δ par son extrémité droite, c’est-à-dire par la fin. Or, cette petite queue sommitale, qui correspond en réalité au deuxième jambage du Δ, est ce qui permet de ligaturer la lettre à la suivante. Il faut donc la commencer par la boucle inférieure, puis remonter. Le ductus du Δ équivalent commence par le premier jambage, puis la base, puis le deuxième jambage en partant du haut – mais on pourra préférer se contenter de tracer le trajet normalement aérien qui remonte vers le sommet.

 Pour le λ, on pourrait accepter le ductus du Γράφω. Les manuscrits médiévaux ligaturaient toutefois la lettre à gauche, à la précédente, par le haut du premier jambage, le deuxième descendant largement sous la ligne, ce qu’on ne fait plus actuellement. On pourrait conserver le même ordre que les manuscrits sans descendre sous la ligne. Pour la majuscule Λ, on peut utiliser le procédé expliqué ci-dessus pour β.

Pour le μ/Μ et le Ν, voir le β ci-dessus ; la suite du tracé coule de source.

L’ο peut être tracé dans le sens horaire ou antihoraire, selon les convenances. Dans les papyrus, la lettre, tracée dans le sens horaire sous la forme d’une boucle, pouvait ainsi être ligaturée par le haut aux lettres précédente et suivante. Gardons en tout cas le même sens pour la majuscule et la minuscule.

Le π/Π est encore un cas complexe : commence-t-on par les jambages, par la potence, ou par le premier jambage, puis la potence, puis le deuxième jambage ? Les papyrus privilégiaient cette dernière solution, et les manuscrits médiévaux la première qui déboucha, en raison des ligatures internes, à la forme en deux boucles assez caractéristiques (ϖ). Je privilégierais cette solution, sans tracer les ligatures internes, et dans tous les cas je garderais le même ductus pour la majuscule et la minuscule.

Le ρ/Ρ pourrait être tracé de deux façons différentes : comme un p manuscrit, ce qui serait le plus logique et permettrait ainsi de ligaturer la lettre à celle qui précède, ou bien en commençant par la boucle pour terminer à rebours par la partie descendante ; cela permet alors un joli effet esthétique, puisque cette partie peut s’arrondir et prendre la forme d’un crochet ouvert vers la droite – ce que G. Diana et D. Flores nomment un rhô couché.

La graphie imprimée du σ est directement héritière du sigma lunaire tracé en deux temps, d’abord le quart de cercle inférieur, puis le trait supérieur qui peut se ligaturer avec la suite. L’arrondi droit de la lettre imprimée (déjà présent dans les manuscrits médiévaux) n’est que le résultat d’une ligature interne entre ces deux traits fondamentaux. Il faudrait donc tracer cette lettre non pas comme un 6, mais bien comme un o manuscrit, mais en essayant de ne pas former de petite boucle supérieure.

Pour l’Υ, le dessin est suffisamment éloquent.

L’Ω peut certes être tracé comme le propose le Γράφω, en commençant par la base gauche, puis en suivant la grande boucle et en terminant par la base droite. C’est ce tracé qui est à l’origine de la minuscule ω, les deux pointes s’arrondissant au point de former des boucles, tandis que la boucle s’est réduite à une pointe. Mais il serait très économique de tracer la lettre comme un O souscrit par une barre horizontale. Aucune de ces formes, typiquement épigraphiques, n’apparaît dans les papyrus, hormis les plus anciens. Même dans les manuscrits, il me semble que l’on trouve systématiquement la forme similaire à la minuscule ω.

Notes

[1] L’ouvrage est expressément prévu pour les autodidactes. Des exercices complémentaires et leurs corrigés, d’ailleurs assez bien conçus, se trouvent sur le site du Club de la Vie des Classiques. Ils ne couvrent pour l’instant que les huit premières étapes.

[2] Ce que proposent Luke Ranieri & Raphael Turrigiano, « The Lucian Pronunciation of Ancient Greek. Ἡ Λουκιᾱνὴ Προφορὰ̄ τῆς Ἀρχαίᾱς Ἑλληνικῆς γλώσσης. A lovely & historically accurate pronunciation system for Ancient Greek that is easy to learn & unifies all standards of pronunciation », https://lukeranieri.com/lucianpronunciation/, 2020.

[3] La plupart des manuels mentionnent l’existence de ces deux formes, sans forcément les utiliser, mais seule Chr. Kossaifi les présente comme relevant de l’écriture manuscrite, ce qui n’est qu’à moitié vrai.

[4] L’Hermaion propose un seul exercice de copie d’une écriture manuelle dans sa première étape (ex. V, p. 13).

[5] J’en ai également proposé un modèle sur le site Arrête ton Char (https://www.arretetonchar.fr/lignes-decriture-en-grec/).

[6] Pour les autres inconvénients de cette police pour rendre une réelle écriture cursive, voir mes remarques sur le site précité.

[7] Voir J. W. « Entretien avec Guillaume Diana et Dorian Flores : “Γράφω, j’écris en grec ancien”, pas vous ? » sur le site d’Arrête Ton Char (25 octobre 2023).

[8] Pour l’hypothèse de l’unité du ductus et le fait que les caractères imprimés n’en présentent pas, cf. Alain Blanchard, L’hypothèse de l’unité de ductus en paléographie papyrologique, Florence, 1999.

Des inconvénients du Schrevelius

Poursuivons notre revue de la “Préface” de Dictionnaire Grec-Français de Planche.

L’auteur replace son ouvrage dans l’histoire de l’enseignement du grec, caractérisée par l’usage exclusif des dictionnaires grec-latin, à une époque où le français n’était encore ni codifié, ni reconnu comme une langue de culture et d’éducation (donc au moins jusqu’au XVIe s.), et dont un dernier jalon avait été l’édition du dictionnaire grec-latin de Cornelis Schrevel (Cornelius Schrevel) en 1654, augmentée par Joseph Hill en 1663. Ce dictionnaire était utilisé dans le cadre d’une méthode qui consistait à apprendre une langue (le grec) par le truchement d’autre (le latin), tout aussi étrangère à la langue maternelle mais plus prestigieuse, même dans l’exercice canonique de la version où il s’agit de traduire un texte en français. Cette méthode ancienne est évidemment à la fois pénible, puisqu’il faut utiliser deux dictionnaires, l’un grec-latin, l’autre latin-français, peu efficace, puisque les limites de chacun de ces dictionnaires conduisent à des faux sens, voire des contresens sans nombre, et, par conséquent, très ennuyeuse pour les étudiants.

Les limites du dictionnaire de Schrevelius sont diverses:

  • il n’est pas en français (“le mot grec que l’élève n’entend pas est rendu par un mot latin qu’il n’entend pas davantage. C’est une énigme expliquée par une autre énigme. Il a deux versions à faire”);
  • les lemmes latins se contentent d’être des traductions, sans définition qui puisse, notamment, distinguer les homonymes (“Quand même il serait assez avancé pour entendre sur le champ la signification du mot latin, ce mot est souvent équivoque et présente plusieurs sens à la fois : ainsi, le mot ἄβρυνα est rendu par mora, sans qu’on eût soin d’ajouter une courte explication pour faire entendre que mora ne signifie pas ici retard, mais mûres, fruit du mûrier“);
  • ces traductions sont partielles et ne révèlent pas toujours la polysémie des mots grecs (“Et c’est ici un des vices les plus considérables de l’ouvrage de Schrevelius. Très souvent, il omet un grand nombre d’acceptions aussi communes que celles qu’il rapporte. A du mot σύνεσις on lit seulement intelligentia, et rien de plus ; et pourtant σύνεσις a trois significations bien distinctes : il signifie, 1°. jonction, réunion (σύνεσις ποταμῶν, jonction de deux fleuves, dans Homère) ; 2°. intelligence, bon sens naturel, sagesse ; 3°. conscience, témoignage de la conscience.”)
  • parfois, ces traductions sont erronées (“D’autres fois, le mot latin présente une acception fausse : ce qui met l’élève dans la nécessité de faire un contre-sens. Par exemple, s’il rencontre dans son auteur ou dans sa version l’expression κομίζομαι τὴν ἐπιστολήν, comme il ne trouve dans le Schrevelius à côté du mot κομίζομαι que le mot latin reporto, il traduira je rapporte  ou je reporte la lettre, au lieu de je reçois la lettre, qui est le vrai sens de l’expression grecque.”)
  • le dictionnaire est incomplet (“Très souvent encore on cherche inutilement dans ce Dictionnaire des mots employés par les meilleurs auteurs, et qui même sont usités dans beaucoup d’acceptions : le mot καταλαμβάνω, un des mots oubliés, occupe une colonne presque entière dans le nouveau Dictionnaire Grec-Français.”)
  • enfin, il ne comporte pas d’exemples tirés des auteurs.

La méthode qu’impliquait le dictionnaire de Schrevelius s’oppose à la méthode nouvelle de Planche (moderne, dirait-on), déjà employée ailleurs en Europe, et notamment par les Allemands, grâce au dictionnaire grec-allemand de Johann Gottlob Theaenus SchneiderKritisches griechisch-deutsches Handwörterbuch, paru à Iéna en 1797 et plusieurs fois réédité. L’objectif affiché de cette méthode nouvelle, par la simplification matérielle et gestuelle (on ne cherche les mots que dans un seul dictionnaire), et cognitive (on travaille directement en français), n’est pas de lutter contre l’ennui ou de favoriser le plaisir de l’étudiant rebuté, mais bien de faciliter l’apprentissage d’une langue perçue comme la matrice des arts et des sciences (ce qui est précisé à la fois en introduction, en conclusion, mais également dans la dernière note).

Avant de démontrer la nécessité, ou du moins la grande utilité de cette innovation, il est à propos d’observer que la méthode des Dictionnaires Grecs-Latins était un reste de l’ancienne barbarie, et des temps où la langue française étant à peine formée, et totalement négligée dans les écoles, on croyait devoir donner en latin les éléments de la langue latine, et à plus forte raison ceux de la langue grecque, réputée plus difficile, et généralement moins répandue. Ce fut vers le milieu du dix-septième siècle, c’est-à-dire, à une époque où notre nation sortait à peine des liens du pédantisme, que Schrevelius publia le Dictionnaire Grec-Latin aujourd’hui en usage dans nos classes, et que nous n’avons conservé que trop longtemps : car c’est en grande partie aux nombreux défauts et à l’insuffisance complète de ce dictionnaire, qu’il faut attribuer l’indifférence, je dirais presque l’aversion, que beaucoup d’élèves contractent pour la plus belle de toutes les langues. On ne peut nier en effet que la jeunesse de nos écoles n’étudie le latin avec plus de goût et plus de succès que le grec. Entre plusieurs raisons qu’on pourrait en donner, la principale est la différence des deux Dictionnaires qui servent à l’étude des deux langues. Autant l’un offre des facilités aux commençants, autant l’autre à de quoi les rebuter. En effet, dans le Dictionnaire Latin-Français, le mot latin que l’élève n’entend pas est rendu par un mot français qu’il entend. Il a sur le champ le mot de l’énigme. Mais dans le Dictionnaire de Schrevelius, le mot grec que l’élève n’entend pas est rendu par un mot latin qu’il n’entend pas davantage. C’est une énigme expliquée par une autre énigme. Il a deux versions à faire, puisqu’après avoir cherché le mot grec dans le Dictionnaire Grec-Latin, il est ensuite obligé de chercher le mot latin dans le Dictionnaire Latin-Français. Quand même il serait assez avancé pour entendre sur le champ la signification du mot latin, ce mot est souvent équivoque et présente plusieurs sens à la fois : ainsi, le mot ἄβρυνα est rendu par mora, sans qu’on eût soin d’ajouter une courte explication pour faire entendre que mora ne signifie pas ici retard, mais mûres, fruit du mûrier ; le verbe ἀναγιγνώσκω est rendu par le seul mot latin legere ; mais legere signifie lire, choisir : laquelle de ces deux acceptions l’élève préférera-t-il ? Et quand il se déterminerait pour la première (la seconde est fausse), il pourrait encore se tromper, car ἀναγιγνώσκω signifie non seulement lire, mais encore, reconnaître, engager, persuader. Et c’est ici un des vices les plus considérables de l’ouvrage de Schrevelius. Très souvent, il omet un grand nombre d’acceptions aussi communes que celles qu’il rapporte. A du mot σύνεσις on lit seulement intelligentia, et rien de plus ; et pourtant σύνεσις a trois significations bien distinctes : il signifie, 1°. jonction, réunion (σύνεσις ποταμῶν, jonction de deux fleuves, dans Homère) ; 2°. intelligence, bon sens naturel, sagesse ; 3°. conscience, témoignage de la conscience. D’autres fois, le mot latin présente une acception fausse : ce qui met l’élève dans la nécessité de faire un contre-sens. Par exemple, s’il rencontre dans son auteur ou dans sa version l’expression κομίζομαι τὴν ἐπιστολήν, comme il ne trouve dans le Schrevelius à côté du mot κομίζομαι que le mot latin reporto, il traduira je rapporte  ou je reporte la lettre, au lieu de je reçois la lettre, qui est le vrai sens de l’expression grecque. Très souvent encore on cherche inutilement dans ce Dictionnaire des mots employés par les meilleurs auteurs, et qui même sont usités dans beaucoup d’acceptions : le mot καταλαμβάνω, un des mots oubliés, occupe une colonne presque entière dans le nouveau Dictionnaire Grec-Français.