Archives de catégorie : Opinion

Apprendre le grec pour mieux connaître le latin I

La citation du précédent post était en fait tronquée, de façon à ce que l’on comprenne que l’étude du grec avait un intérêt per se. Une gentille pique à l’égard de la place que le grec est amené à prendre dans l’enseignement secondaire contemporain. On voudra bien m’en pardonner, si l’on considère que c’est en observant la réduction de cette place que j’en suis venu à m’intéresser au phénomène inverse : comment le grec en est-il venu à occuper une noble place à côté du latin, et comment l’enseignait-on à une époque où, croit-on (par erreur), on ne se préoccupait guère de l’intérêt ou de l’ennui des élèves.

En réalité, la conception que Planche se faisait de l’étude du grec est tout autre que celle qu’avait laissé entendre la citation tronquée :

C’est un des caractères les plus remarquables du rétablissement des études, d’avoir donné plus d’importance à celle du Grec, que l’on négligeait de jour en jour davantage dans les derniers temps de l’ancienne Université. On a senti que la connaissance de cette langue est la base la plus solide de la littérature, et l’on y est revenu avec une ardeur qui encourage les Gens de Lettres à entreprendre des travaux propres à faciliter les progrès des élèves dans cette importante étude, sans laquelle on ne peut jamais savoir qu’imparfaitement la langue latine [1]. C’est dans cette vue que je me suis appliqué à composer un Dictionnaire Grec-Français, destiné à remplacer le Dictionnaire Grec-Latin, dont on s’est servi jusqu’à présent dans nos écoles.

[1] Ces expressions d’Horace, audis pater patriae, idem facit occidenti, etc., mille autres expressions semblables, non seulement dans les poètes, mais encore dans les auteurs en prose, seront toujours des locutions inexplicables et presque barbares pour ceux qui n’ont aucune connaissance de la langue grecque.

Ce qui encourage avant tout l’étude de la langue grecque au début du XIXe s. en France, c’est que celle-ci améliore la connaissance du latin. Tout ce qui en facilitera l’apprentissage sera donc, en réalité, un bienfait pour l’étude du latin. On remarquera cependant que, jusqu’à cette date-là, les études grecques se faisaient, en France, par le biais du latin, langue qu’il fallait déjà quelque peu maîtriser si l’on voulait manier l’ancien dictionnaire grec-latin (il s’agit de celui du Hollandais Schrevelius, nous y reviendrons). Il y a donc un certain paradoxe à affirmer que la connaissance du grec est nécessaire à la connaissance du latin, mais que pour mieux dominer celui-là il est préférable d’arrêter d’utiliser celui-ci.

On soupçonne l’argument spécieux, ou en tout cas immédiatement utilitariste, propre à justifier efficacement la publication d’un ouvrage original pour son époque. De fait, nous verrons d’une part que cette conception de l’enseignement du grec comme complémentaire du latin est un lieu commun assez ancien, et d’autre part que l’élaboration d’un dictionnaire novateur comme celui de Planche prend place dans une évolution plus générale de l’enseignement du grec en Europe – évolution dans laquelle la France accuse un certain retard.

En guise de préambule (un peu malhonnête…)

Contrairement aux apparences, ce texte n’est pas le préambule des nouveaux programmes du collège pour la rentrée 2016 :

C’est un des caractères les plus remarquables du rétablissement des études, d’avoir donné plus d’importance à celle du Grec, que l’on négligeait de jour en jour davantage dans les derniers temps de l’ancienne Université. On a senti que la connaissance de cette langue est la base la plus solide de la littérature, et l’on y est revenu avec une ardeur qui encourage les Gens de Lettres à entreprendre des travaux propres à faciliter les progrès des élèves dans cette importante étude (…)

DICTIONNAIRE GREC-FRANÇAIS 
composé sur l’ouvrage intitulé 
THESAURUS LINGUAE GRAECAE 
DE HENRI ÉTIENNE, 
où se trouvent tous les mots des différents âges de la langue grecque, leur étymologie, leur sens propre et figuré, et leurs diverses acceptions justifiées par des exemples ; 
par J. Planche, 
Paris, 1809

(Préface, p. vii)