Tous les articles par Benoît Laudenbach

Des inconvénients du Schrevelius

Poursuivons notre revue de la « Préface » de Dictionnaire Grec-Français de Planche.

L’auteur replace son ouvrage dans l’histoire de l’enseignement du grec, caractérisée par l’usage exclusif des dictionnaires grec-latin, à une époque où le français n’était encore ni codifié, ni reconnu comme une langue de culture et d’éducation (donc au moins jusqu’au XVIe s.), et dont un dernier jalon avait été l’édition du dictionnaire grec-latin de Cornelis Schrevel (Cornelius Schrevel) en 1654, augmentée par Joseph Hill en 1663. Ce dictionnaire était utilisé dans le cadre d’une méthode qui consistait à apprendre une langue (le grec) par le truchement d’autre (le latin), tout aussi étrangère à la langue maternelle mais plus prestigieuse, même dans l’exercice canonique de la version où il s’agit de traduire un texte en français. Cette méthode ancienne est évidemment à la fois pénible, puisqu’il faut utiliser deux dictionnaires, l’un grec-latin, l’autre latin-français, peu efficace, puisque les limites de chacun de ces dictionnaires conduisent à des faux sens, voire des contresens sans nombre, et, par conséquent, très ennuyeuse pour les étudiants.

Les limites du dictionnaire de Schrevelius sont diverses:

  • il n’est pas en français (« le mot grec que l’élève n’entend pas est rendu par un mot latin qu’il n’entend pas davantage. C’est une énigme expliquée par une autre énigme. Il a deux versions à faire »);
  • les lemmes latins se contentent d’être des traductions, sans définition qui puisse, notamment, distinguer les homonymes (« Quand même il serait assez avancé pour entendre sur le champ la signification du mot latin, ce mot est souvent équivoque et présente plusieurs sens à la fois : ainsi, le mot ἄβρυνα est rendu par mora, sans qu’on eût soin d’ajouter une courte explication pour faire entendre que mora ne signifie pas ici retard, mais mûres, fruit du mûrier« );
  • ces traductions sont partielles et ne révèlent pas toujours la polysémie des mots grecs (« Et c’est ici un des vices les plus considérables de l’ouvrage de Schrevelius. Très souvent, il omet un grand nombre d’acceptions aussi communes que celles qu’il rapporte. A du mot σύνεσις on lit seulement intelligentia, et rien de plus ; et pourtant σύνεσις a trois significations bien distinctes : il signifie, 1°. jonction, réunion (σύνεσις ποταμῶν, jonction de deux fleuves, dans Homère) ; 2°. intelligence, bon sens naturel, sagesse ; 3°. conscience, témoignage de la conscience. »)
  • parfois, ces traductions sont erronées (« D’autres fois, le mot latin présente une acception fausse : ce qui met l’élève dans la nécessité de faire un contre-sens. Par exemple, s’il rencontre dans son auteur ou dans sa version l’expression κομίζομαι τὴν ἐπιστολήν, comme il ne trouve dans le Schrevelius à côté du mot κομίζομαι que le mot latin reporto, il traduira je rapporte  ou je reporte la lettre, au lieu de je reçois la lettre, qui est le vrai sens de l’expression grecque. »)
  • le dictionnaire est incomplet (« Très souvent encore on cherche inutilement dans ce Dictionnaire des mots employés par les meilleurs auteurs, et qui même sont usités dans beaucoup d’acceptions : le mot καταλαμβάνω, un des mots oubliés, occupe une colonne presque entière dans le nouveau Dictionnaire Grec-Français. »)
  • enfin, il ne comporte pas d’exemples tirés des auteurs.

La méthode qu’impliquait le dictionnaire de Schrevelius s’oppose à la méthode nouvelle de Planche (moderne, dirait-on), déjà employée ailleurs en Europe, et notamment par les Allemands, grâce au dictionnaire grec-allemand de Johann Gottlob Theaenus SchneiderKritisches griechisch-deutsches Handwörterbuch, paru à Iéna en 1797 et plusieurs fois réédité. L’objectif affiché de cette méthode nouvelle, par la simplification matérielle et gestuelle (on ne cherche les mots que dans un seul dictionnaire), et cognitive (on travaille directement en français), n’est pas de lutter contre l’ennui ou de favoriser le plaisir de l’étudiant rebuté, mais bien de faciliter l’apprentissage d’une langue perçue comme la matrice des arts et des sciences (ce qui est précisé à la fois en introduction, en conclusion, mais également dans la dernière note).

Avant de démontrer la nécessité, ou du moins la grande utilité de cette innovation, il est à propos d’observer que la méthode des Dictionnaires Grecs-Latins était un reste de l’ancienne barbarie, et des temps où la langue française étant à peine formée, et totalement négligée dans les écoles, on croyait devoir donner en latin les éléments de la langue latine, et à plus forte raison ceux de la langue grecque, réputée plus difficile, et généralement moins répandue. Ce fut vers le milieu du dix-septième siècle, c’est-à-dire, à une époque où notre nation sortait à peine des liens du pédantisme, que Schrevelius publia le Dictionnaire Grec-Latin aujourd’hui en usage dans nos classes, et que nous n’avons conservé que trop longtemps : car c’est en grande partie aux nombreux défauts et à l’insuffisance complète de ce dictionnaire, qu’il faut attribuer l’indifférence, je dirais presque l’aversion, que beaucoup d’élèves contractent pour la plus belle de toutes les langues. On ne peut nier en effet que la jeunesse de nos écoles n’étudie le latin avec plus de goût et plus de succès que le grec. Entre plusieurs raisons qu’on pourrait en donner, la principale est la différence des deux Dictionnaires qui servent à l’étude des deux langues. Autant l’un offre des facilités aux commençants, autant l’autre à de quoi les rebuter. En effet, dans le Dictionnaire Latin-Français, le mot latin que l’élève n’entend pas est rendu par un mot français qu’il entend. Il a sur le champ le mot de l’énigme. Mais dans le Dictionnaire de Schrevelius, le mot grec que l’élève n’entend pas est rendu par un mot latin qu’il n’entend pas davantage. C’est une énigme expliquée par une autre énigme. Il a deux versions à faire, puisqu’après avoir cherché le mot grec dans le Dictionnaire Grec-Latin, il est ensuite obligé de chercher le mot latin dans le Dictionnaire Latin-Français. Quand même il serait assez avancé pour entendre sur le champ la signification du mot latin, ce mot est souvent équivoque et présente plusieurs sens à la fois : ainsi, le mot ἄβρυνα est rendu par mora, sans qu’on eût soin d’ajouter une courte explication pour faire entendre que mora ne signifie pas ici retard, mais mûres, fruit du mûrier ; le verbe ἀναγιγνώσκω est rendu par le seul mot latin legere ; mais legere signifie lire, choisir : laquelle de ces deux acceptions l’élève préférera-t-il ? Et quand il se déterminerait pour la première (la seconde est fausse), il pourrait encore se tromper, car ἀναγιγνώσκω signifie non seulement lire, mais encore, reconnaître, engager, persuader. Et c’est ici un des vices les plus considérables de l’ouvrage de Schrevelius. Très souvent, il omet un grand nombre d’acceptions aussi communes que celles qu’il rapporte. A du mot σύνεσις on lit seulement intelligentia, et rien de plus ; et pourtant σύνεσις a trois significations bien distinctes : il signifie, 1°. jonction, réunion (σύνεσις ποταμῶν, jonction de deux fleuves, dans Homère) ; 2°. intelligence, bon sens naturel, sagesse ; 3°. conscience, témoignage de la conscience. D’autres fois, le mot latin présente une acception fausse : ce qui met l’élève dans la nécessité de faire un contre-sens. Par exemple, s’il rencontre dans son auteur ou dans sa version l’expression κομίζομαι τὴν ἐπιστολήν, comme il ne trouve dans le Schrevelius à côté du mot κομίζομαι que le mot latin reporto, il traduira je rapporte  ou je reporte la lettre, au lieu de je reçois la lettre, qui est le vrai sens de l’expression grecque. Très souvent encore on cherche inutilement dans ce Dictionnaire des mots employés par les meilleurs auteurs, et qui même sont usités dans beaucoup d’acceptions : le mot καταλαμβάνω, un des mots oubliés, occupe une colonne presque entière dans le nouveau Dictionnaire Grec-Français.

Apprendre le grec pour mieux connaître le latin I

La citation du précédent post était en fait tronquée, de façon à ce que l’on comprenne que l’étude du grec avait un intérêt per se. Une gentille pique à l’égard de la place que le grec est amené à prendre dans l’enseignement secondaire contemporain. On voudra bien m’en pardonner, si l’on considère que c’est en observant la réduction de cette place que j’en suis venu à m’intéresser au phénomène inverse : comment le grec en est-il venu à occuper une noble place à côté du latin, et comment l’enseignait-on à une époque où, croit-on (par erreur), on ne se préoccupait guère de l’intérêt ou de l’ennui des élèves.

En réalité, la conception que Planche se faisait de l’étude du grec est tout autre que celle qu’avait laissé entendre la citation tronquée :

C’est un des caractères les plus remarquables du rétablissement des études, d’avoir donné plus d’importance à celle du Grec, que l’on négligeait de jour en jour davantage dans les derniers temps de l’ancienne Université. On a senti que la connaissance de cette langue est la base la plus solide de la littérature, et l’on y est revenu avec une ardeur qui encourage les Gens de Lettres à entreprendre des travaux propres à faciliter les progrès des élèves dans cette importante étude, sans laquelle on ne peut jamais savoir qu’imparfaitement la langue latine [1]. C’est dans cette vue que je me suis appliqué à composer un Dictionnaire Grec-Français, destiné à remplacer le Dictionnaire Grec-Latin, dont on s’est servi jusqu’à présent dans nos écoles.

[1] Ces expressions d’Horace, audis pater patriae, idem facit occidenti, etc., mille autres expressions semblables, non seulement dans les poètes, mais encore dans les auteurs en prose, seront toujours des locutions inexplicables et presque barbares pour ceux qui n’ont aucune connaissance de la langue grecque.

Ce qui encourage avant tout l’étude de la langue grecque au début du XIXe s. en France, c’est que celle-ci améliore la connaissance du latin. Tout ce qui en facilitera l’apprentissage sera donc, en réalité, un bienfait pour l’étude du latin. On remarquera cependant que, jusqu’à cette date-là, les études grecques se faisaient, en France, par le biais du latin, langue qu’il fallait déjà quelque peu maîtriser si l’on voulait manier l’ancien dictionnaire grec-latin (il s’agit de celui du Hollandais Schrevelius, nous y reviendrons). Il y a donc un certain paradoxe à affirmer que la connaissance du grec est nécessaire à la connaissance du latin, mais que pour mieux dominer celui-là il est préférable d’arrêter d’utiliser celui-ci.

On soupçonne l’argument spécieux, ou en tout cas immédiatement utilitariste, propre à justifier efficacement la publication d’un ouvrage original pour son époque. De fait, nous verrons d’une part que cette conception de l’enseignement du grec comme complémentaire du latin est un lieu commun assez ancien, et d’autre part que l’élaboration d’un dictionnaire novateur comme celui de Planche prend place dans une évolution plus générale de l’enseignement du grec en Europe – évolution dans laquelle la France accuse un certain retard.

En guise de préambule (un peu malhonnête…)

Contrairement aux apparences, ce texte n’est pas le préambule des nouveaux programmes du collège pour la rentrée 2016 :

C’est un des caractères les plus remarquables du rétablissement des études, d’avoir donné plus d’importance à celle du Grec, que l’on négligeait de jour en jour davantage dans les derniers temps de l’ancienne Université. On a senti que la connaissance de cette langue est la base la plus solide de la littérature, et l’on y est revenu avec une ardeur qui encourage les Gens de Lettres à entreprendre des travaux propres à faciliter les progrès des élèves dans cette importante étude (…)

DICTIONNAIRE GREC-FRANÇAIS 
composé sur l’ouvrage intitulé 
THESAURUS LINGUAE GRAECAE 
DE HENRI ÉTIENNE, 
où se trouvent tous les mots des différents âges de la langue grecque, leur étymologie, leur sens propre et figuré, et leurs diverses acceptions justifiées par des exemples ; 
par J. Planche, 
Paris, 1809

(Préface, p. vii)

La question du grec

Le carnet se propose de montrer la manière dont le grec, et dans une moindre mesure le latin, était étudié en tant que langue étrangère, depuis l’Antiquité jusqu’au milieu du XXe siècle (séparation des filières classiques et modernes), notamment en reproduisant dans un format numérique accessible des manuels anciens ou des textes pédagogiques, en langue originale (grec, latin ou autre) ou en traduction française. On ne s’interdira pas non plus d’évoquer les points de vue sur la langue grecque.

Le titre de ce carnet est un évident hommage à celui de Philippe Cibois, La question du latin, bien que son propos soit prospectif, et le nôtre rétrospectif (les deux points de vue pouvant se servir mutuellement).